Philippe Pétain

Maréchal de France et homme politique français, Philippe pétain est né le 24 avril 1856 et mort le 23 juillet 1951. Il naît dans une famille d'agriculteurs aisés et fait des études à l'école militaire de saint-Cyr. En 1914, au début de la Première Guerre Mondiale, il est colonel, mais dès 1915 il est commandant d'armée et en 1916 il est chargé du secteur de Verdun dont il dirige la défense. Nommé à la tête des armées françaises, Foch lui fut pourtant préféré comme généralissime des armées alliées en 1918. Fait maréchal en novembre 1918, il sortit de la guerre avec une image glorieuse de chef humain envers ses hommes. En 1934, il fut nommé ministre de la guerre puis il devint ambassadeur à Madrid auprès de Franco.

Le 18 mai 1940, il devint vice-président du Conseil puis prit position en faveur de l'armistice contre l'avis de Paul Reynaud le président de la République. Le 16 juin il fut nommé président du Conseil et le 17 il annonça aux français la demande d'armistice . Le 10 juillet 1940, l'Assemblée Nationale lui accorda les pleins pouvoirs afin de promulguer une nouvelle constitution. Pétain délégua pourtant beaucoup de ses pouvoirs de chefs d'Etat à ces vice-présidents du Conseil successifs (Laval, Darlan), se contentant de fournir l'inspiration générale à la politique menée. Cependant, sa "révolution nationale" revêtit très vite des aspects intolérables : mesures antisémites prises dans un premier temps en l'absence de pression allemande, destruction des institutions démocratiques, épuration de la fonction publique...La collaboration avec l'occupant qu'il mit en place dans l'espoir d'un traitement atténué de la France par l'Allemagne n'évita aucunement l'exploitation et le pillage du pays. A la fin 1942, alors que tout le pays est occupé, la souveraineté de l'Etat français n'est plus qu'une apparence. Condamné à mort après la guerre, sa peine fut commuée en prison à vie quand le général de Gaulle signa sa grâce. Il mourut après 6 ans de captivité sur l'île d'Yeu.