Les confessions d'un templier

Tome 1 "les révélations du chevalier"

Résumé : Paris en l’an 1314. L’inquisiteur de France Frère Humbert interroge sous la torture le Grand Maître de l’Ordre du Temple, Jacques de Molay. Pour lui faire confesser les pratiques sacrilèges des chevaliers du Temple, il l’interroge sur sa vie de chevalier et ses débuts dans l’Ordre. Au début, Jacques était un jeune noble, amené à devenir chevalier de l’Ordre du Temple. Il est alors conduit dans la commanderie principale d’Autun, afin d’y être intronisé. Jacques raconte ainsi le protocole et la cérémonie à l’inquisiteur, qui cherche des pratiques douteuses. Mais rien dans ce que confesse le Grand Maître n’est sujet à polémique, ce qui agace frère Humbert. Il continue alors son interrogatoire et Jacques raconte ses débuts en Terre Sainte. Il explique qu’à cette époque, les royaumes francs de Terre Sainte étaient dans la difficulté, face aux assauts des Mamelouks. La discorde régnait et l’union des royaumes ne dépendait que d’une entente solide entre les princes régnants et le roi. Une mission fut donc confiée aux templiers et notamment au jeune chevalier de Molay afin d’enquêter sur un mystérieux meurtrier, qui semble appartenir à la secte des Ashashins. L’objectif était d’assassiner le roi d’Angleterre, le seul à pouvoir unifier les royaumes francs…

Scénario : B. Falba - Dessin : F. Bono - Couleur : Digicore studio - Couverture : A. Gonzalbo
Editeur : Soleil (octobre 2009) 
 

Tome 2 "les secrets du Temple"

Résumé : Jacques de Molay attend son heure dans les geôles de l’inquisition. Il chante un Gloria Patri qui n’est pas du goût de frère Humbert. Celui-ci poursuit donc son interrogatoire envers le Gand Maître de l’ordre, accusé d’idolâtrie. Il demande des explications sur les pratiques blasphématoires de l’ordre. En effet, les templiers sont accusés d’adorer le Baphomet et d’imposer aux nouveaux venus de cracher sur la croix. Jacques défend l’ordre en expliquant que ces accusations relèvent d’une mauvaise traduction en langue d’oïl. En langue d’oc, « Bafomet » est une déformation de « Mahomet », mal traduite en langue d’oïl. Pour frère Humbert, cela signifie que les templiers adoraient « Mahomet ». Il n’en est rien… mais Jacques poursuit ses explications sur les accusations. Il parle notamment de celle concernant un Grand Maître, Guillaume de Beaujeu qui fût plus conciliant avec les Mahométans en Terre Sainte. Cet homme, nouvellement élu à l’époque, menait une politique en faveur des intérêts de ses parents. Les templiers l’ont attendu deux années avant de le voir en Terre Sainte, ce qui engendra une anarchie galopante dans les royaumes francs. De plus, les forces ennemies s’unirent sous la bannières de leur chef de guerre, le sultan Baîbars…