Le grand siècle

Tome 1 "Alphonse"

Résumé : Sous le règne du roi soleil, Alphonse est un paysan qui se saoule chaque jour à la mauvaise vinasse pour oublier sa triste condition et sa matrone de femme. Un matin, tôt, alors qu’il fait une livraison chez le Chevalier de Beaumont, il espionne par la fenêtre 3 brigands qui cherchent une mystérieuse « autopsie ». Un coup de couteau incontrôlé, puis un coup de feu involontaire, et le chevalier et sa fille sont exécutés. Profitant d’une rixe entre les canailles, Alphonse pénètre en catimini dans la demeure et emporte avec lui le seul rescapé, le fils du chevalier. Immédiatement poursuivi par les tueurs, lui et l’enfant trouvent le salut en plongeant dans une rivière du haut d’un pont vertigineux. Ils s’en sortent néanmoins et sont repêchés par deux gitans, Paulo et Nuzi, qui les amènent à leur camp. Ils deviennent alors les sujets d’un débat quand à leur intégration dans le groupe. Partisans bienveillants, Paulo, le chef Victor et la belle tzigane Luminista parviennent à imposer leur présence. De leur côté, les poursuivants dirigés par le cruel Moplai, ont le bras long… Ils font accuser Alphonse du meurtre du Chevalier et reviennent poursuivre leur enquête du côté des gitans…

Scénario, dessin, couleur : S. Andriveau - Editeur : Delcourt (octobre 2006)

Tome 2 "Benoît"

Résumé : Cela fait maintenant plusieurs jours que Benoit et Alphonse sont retenus prisonniers sur un navire marchand qui les conduisent à une destination inconnue. Si Benoit s’acclimate tant bien que mal à cette escapade, Alphonse, quant à lui, passe son temps à vomir ses tripes à cause du mal de mer. Durant la traversée, Moplai parle au mystérieux cavalier qui s’avère être… la mère de Benoit. Celle-ci avait passé un contrat avec le mercenaire pour qu’il sauve son fils et en échange, elle lui confie le rapport d’autopsie de Louis le juste. Durant la traversée, Benoit fait la rencontre d’un passager, François de Saint-Gil. Ce dernier a déjà vu Moplai par le passé : il serait responsable du massacre de tout un village. Quelques jours passent et le bateau approche enfin des côtes des îles où, suite à l’accord passé entre Moplai et l’armateur, Benoit et Alphonse doivent être débarqués. Le problème est qu’ils sont considérés comme des fuyards, étant donné que le propriétaire du navire les a vendus comme esclaves. Cultiver les champs et le tabac, surveiller le bétail vont être leur lot quotidien durant les jours ou mois à venir…